Ajouter aux favoris |
Accès |
Météo |
Marchés publics |
Contact


Actualité forestière : Vos arbres ont besoin de vous ! Faites des coupes régulièrement.

 

En Livradois-Forez de nombreuses parcelles de bois résineux (épicéas et douglas principalement) ont été plantées avec l’appui financier du Fonds Forestier National, sur des terrains abandonnés par l’agriculture entre les années 1950 et 1990. Par méconnaissance des techniques de sylviculture modernes, beaucoup de propriétaires n’ont pas pratiqué les coupes d’éclaircie et d’amélioration indispensables au bon développement des arbres installés en plantation régulière.
Aujourd’hui on observe des peuplements forestiers composés d’arbres trop nombreux, trop serrés, très hauts, très fins et instables. Aussi il est fréquent que l’on ne puisse envisager d’autre solution que la récolte par la coupe à blanc. En effet, une éclaircie trop tardive peut conduire à la casse (« volis ») ou à la chute des arbres (« chablis »).

Cependant la coupe intégrale des forêts résineuses n’est pas automatique, elle n’est pas une règle, elle n’est qu’une solution de dernier recours pour les peuplements instables.
Elle ne doit donc concerner que les boisements qui n’ont jamais été entretenus au cours de leur vie.
Toutes les autres forêts doivent être améliorées par des coupes régulièrement pratiquées tous les 5 à 7 ans.

L’éclaircie est une coupe qui consiste à diminuer le nombre d’arbres présents au sein d’une plantation. Cette intervention est destinée à stimuler la croissance des arbres. En effet les arbres éclaircis sont plus stables, plus vigoureux ; ils résistent mieux au vent et aux attaques parasitaires. Ils ont plus d’espace et grossissent plus rapidement. En éclaircissant on produit donc plus vite des arbres de fortes dimensions qui donnent du bois de qualité qui se vend mieux.
Lorsqu’il pratique des éclaircies successives tout au long de la vie de sa forêt, le propriétaire perçoit des revenus réguliers et croissants. A terme, sur une parcelle, il vaut mieux avoir peu de gros arbres que beaucoup de petits.


La première éclaircie doit être effectuée :

1/ lorsque la hauteur moyenne du peuplement se situe entre 10 et 14 mètres ;

2/ dès que les branches basses s’interpénètrent et sont sèches sur le tiers inférieur de la hauteur de l’arbre ;

3/ dès que la lumière n’arrive plus au sol.


Les coupes suivantes doivent être programmées régulièrement dès que les branches se touchent à nouveau, c’est-à-dire dès que les arbres entrent à nouveau en concurrence les uns avec les autres pour la lumière, les éléments nutritifs du sol et l’eau.


Il ne faut pas rater ces rendez-vous successifs !


C’est le houppier des arbres, (c’est-à-dire les branches vertes) qui assure la photosynthèse permettant ainsi la croissance en diamètre et donc la production de bois. Il fonctionne comme un poumon, c’est dire son importance !!!


La première coupe consiste :
- à ouvrir des cloisonnements tous les 10 à 15 mètres pour permettre la circulation des engins, ce qui revient le plus souvent à éliminer une ligne d’arbre sur 5 ;
- à prélever de manière sélective un arbre sur trois ou quatre parmi les sujets dominés, de mauvaise forme ou malades, mais également parmi les dominants pour favoriser, dès cette intervention, les plus beaux individus.


Les éclaircies suivantes (ou coupes d’amélioration) sont des interventions exclusivement sélectives. Elles peuvent être au nombre de deux ou trois au cours de la vie du boisement. Elles précèdent la coupe définitive qui intervient lorsque les arbres sont mûrs.


Il faut alors penser à reconstituer les forêts.


Réglementairement, toute coupe définitive doit être reboisée. En effet dans le département du Puy-de-Dôme, toute coupe rase de plus d’un hectare pratiquée dans un massif forestier de plus de 4 hectares doit être reboisée dans un délai de 5 ans.
L’état boisé peut être restauré de deux manières, soit par régénération artificielle c’est-à-dire par plantation, soit par régénération naturelle.


· La régénération naturelle utilise le cycle naturel de reproduction des forêts déjà installées. Ce mode de renouvellement des peuplements forestiers est à privilégier si les arbres sont de qualité et de bonne venue. Les graines tombent au sol et donnent des semis qui se développent sous certaines conditions (éclairement et réceptivité du sol). Par la suite, il faut régulièrement intervenir pour lutter contre les espèces adventices (ronce, genêt, fougère, etc.) qui peuvent gêner la croissance des jeunes plants et en diminuer régulièrement le nombre (dépressage) au profit des plus beaux spécimens.


· Une plantation artificielle peut s’avérer plus coûteuse, en raison notamment du coût des travaux préparatoires et du prix des plants.

· Dans tous les cas, les jeunes arbres demandent de nombreuses interventions dans les premières années de leur vie.

De nombreux professionnels sont à la disposition des propriétaires pour les conseiller et les aider s’ils le souhaitent. Des aides financières à l’éclaircie et aux travaux sylvicoles sont également possibles sous conditions.


Pour tout renseignement et conseils gratuits :
Centre Régional de la Propriété Forestière d’Auvergne
Antenne du Puy-de-Dôme : 04 73 98 71 17