Agriculture et forêts
Laurent BOITHIAS
 
Chargé de mission 
Aménagement, habitat et environnement
Communauté de Communes
Tél : 04 73 53 24 71
laurent.boithias.ccpc@orange.fr


Actualité forestière

AVRIL - Le reboisement des résineux

L'ECLAIRCIE

Dans le cadre du PDM en cours sur la Communauté de communes, le CRPF vous propose des réunions d'information sur l'éclaircie des résineux.
Ces réunions, auront lieu en forêt, avec démonstration de machines forestières.

Lieu et dates :
- La Renaudie, le 17 Mai
- Vollore-Ville, le 31 Mai
Pour plus de renseignements, contactez Anthony CUBAYNES.


LE REBOISEMENT

Pourquoi reboiser ?


Vous avez fait exploiter votre forêt à blanc car les arbres étaient tous âgés et arrivés à maturité. Cette coupe vous a procuré un revenu, n’oubliez pas de conserver une partie de cette somme afin de réinvestir dans le reboisement.

Reboiser une parcelle forestière coupée à blanc est indispensable voir obligatoire si la coupe est supérieure à 1 ha (sous certaines conditions) afin de remettre en valeur le terrain pour les générations qui vous suivront.


Le reboisement ou l’importance du choix des plants

Le choix de l’essence doit être conditionné par plusieurs facteurs, le sol, l’altitude, l’exposition, la pluviométrie, c’est ce que l’on appelle « la station ». Il est très important de choisir une essence adaptée à la station, car chaque essence forestière à ses besoins propres (profondeur du sol, exposition, pluviométrie…).
Attention, une essence installée où elle ne devrait pas l’être, le propriétaire prend des risques en terme de pérennité vis-à-vis de son peuplement. Il ne faut pas hésiter à faire appel à un professionnel pour vous conseiller.

Exigez des plants jeunes et bien conformés, plus un plant est jeune plus il reprendra facilement lors de la transplantation. Les plants âgés ou trop grands ont une reprise plus difficile. Choisissez des plants de 3 ans (1 an en semis + 2 ans après repiquage ou 2 + 1).
Les plants doivent être bien proportionnés et sans défaut (attention au double tête, au système racinaire trop faible par rapport à la tige, aux racines crossées). Investissez dans de beaux plants !

Un soin tout particulier doit être apporté aux plants, entre le moment de l’arrachage en pépinière et de la replantation car ils sont très vulnérables durant cette période. Ne les laissez pas au soleil ni au vent pour éviter le dessèchement des racines et protégez-les en mettant la botte dans un sac.


La nécessaire préparation du terrain

Après l’exploitation des bois, un volume plus ou moins conséquent de branches et autres déchets restent sur la parcelle. Grâce à leur décomposition, ils maintiennent la fertilité du sol dans le temps. Un travail de rangement de ces rémanents peut être nécessaire avant de préparer le sol mais il n’est pas à chaque fois indispensable.

Par contre, la préparation du sol est un travail absolument nécessaire avant la mise en place des plants pour favoriser leur reprise et une bonne croissance.


• Mise en andains puis sous-solage

Cette opération intervient après la coupe rase lorsque les rémanents (branches) sont importants. On rassemble les rémanents d’exploitation en lignes parallèles aux futures lignes de plantation et dans le sens de la pente. Si l’exploitation des bois a été réalisée à la machine d’abattage et que les rémanents ont pu déjà être grossièrement mis en andains, il peut être inutile et économique de ne pas retravailler les andains. 
Attention, lors de la mise en andains ne pas décaper la couche superficielle du sol.


Mise en andains (source : CRPF Auvergne)


La préparation du sol est ensuite réalisée grâce à une dent qui défonce le terrain en profondeur sur la future ligne de plantation. 

Les lignes de plantation sont faciles à suivre grâce aux raies de sous-solage.



Sous-solage (source : CRPF Auvergne)


• La création de potets travaillés

A l’aide d’une mini pelle hydraulique, on dégage les branches juste à l’emplacement du futur plant. Dans le même passage, la machine fait un travail du sol en profondeur et en largeur avec un outil sur 40 cm par 40 cm minimum.
L’objectif de cette opération est d’ameublir la terre, afin que le plant puisse à avoir une meilleure reprise, que son système racinaire se développe mieux et plus vite.
De plus, l’apparition de la végétation concurrente est limitée.
Lors de la création du potet, la terre ne doit pas être retournée !

Potet travaillé (source : CRPF Auvergne)

La mise en place des plants

Pour les plants résineux, la densité de plantation conseillée se situe entre 800 et 1 300 plants / ha (sauf pour les pins sylvestres 1 600 à 2 500 plants / ha).
Un espacement de 3 m X 3 m entre les plants, tel qu’il est le plus souvent réalisé actuellement aboutit à une densité satisfaisante (1 100 plants / ha).

Concernant la réalisation de la plantation,
-> Les plants doivent être installés à bonne profondeur et verticaux
->Le sol doit être correctement tassé au pied du plant, il doit résister à une légère traction vers le haut



Traitements, protection des plants
L’Hylobe, est un insecte ravageur qui peut provoquer des mortalités dans les plantations par morsure de l’écorce des jeunes plants.
Les plantations réalisées après une coupe rase de pins ou d’épicéas sont particulièrement sensibles. 

Les moyens de s’en prémunir sont :
- Le traitement préventif en pépinière ou à la plantation
- Et/ou le traitement curatif lors de la constatation d’une attaque
- Ou attendre 2 ans minimum pour reboiser la parcelle après la coupe rase

Hylobe (source : CRPF Auvergne)

Les Chevreuils, via les frottis et les abroutissements peuvent créer des dégâts dans les zones de forte population. Pour limiter ces dégâts, une protection individuelle des plants ou un répulsif peuvent être utilisés.

Les protections physiques individuelles pour les résineux peuvent être 2 liteaux mis en place proches des plants ce qui évite les frottis car le plant est rigidifié.


Les répulsifs chimiques ont souvent une durée d’efficacité limitée dans le temps, les traitements sont ainsi à renouveler tous les ans suivant les dégâts.


Plant de Douglas protégé (source CRPF Auvergne)




La plantation est faite !


La plantation est un investissement en argent et en temps pour le propriétaire. Cette opération réalisée, il serait absurde de ne pas suivre de près la vie de ce nouveau peuplement. Il faut donc absolument entretenir vos plantations, notamment par des dégagements raisonnés. Attention les débroussaillages en plein ne sont pas forcément les plus bénéfiques (notamment vis-à-vis des dégâts de chevreuils). Préférez couper, années après années, les végétaux à proximité des plants et en concurrence directe.


Des aides du Conseil Général existent notamment pour le reboisement. Pour plus de renseignements, prenez contact avec le technicien forestier du CRPF.


 

MARS - L'élagage en hauteur des résineux


Afin de limiter les risques de blessures et les pathologies, la période conseillée pour l'élagage se situe hors sève. Ceci correspond donc à la saison hivernale. Il faut cependant éviter les périodes de très fortes gelées.
 
C'est donc maintenant qu'il faut élaguer!

Vous vous posez sûrement les questions : Pourquoi élaguer ? Quand élaguer ? Comment élaguer ?
La fiche technique que vous trouverez ci-contre répondra à toutes ces questions.

 A noter qu'il existe une subvention pour l'élagage en hauteur ! Si votre projet est compris entre 0.4 ha et 4 ha et que le diamètre moyen des arbres à élaguer mesuré à 1m30 est inférieur à 20 cm vous êtes éligible ! (après avis du technicien du CRPF)
 




Rendez-vous le mois prochain pour un dossier sur le Reboisement!
 
A bientôt en forêt




FEVRIER - J'ai du bois à vendre

Cette période hivernale, avec le froid et le gel, est la période la plus appropriée pour effectuer les coupes de bois. En effet, les risques de blessures aux arbres restants et les dégâts liés au débardage sont réduits. C'est donc durant l'hiver qu'il faut en profiter pour effectuer vos coupes de bois.

Cependant avant d'effectuer une coupe, il faut la préparer ! Voici quelques petits conseils pour réussir au mieux sa coupe de bois. Tous les détails sont dans la fiche technique téléchargeable ci-contre.

AVANT TOUTE CHOSE, JE PREPARE MA VENTE

Je prépare ma coupe

  • Je vérifie mon statut juridique
  • Je m'assure qu'il n'y a pas de restriction réglementaire à la coupe
  • Je marque mes limites
  • J'anticipe l'exploitation de ma parcelle (chemin de débardage, place de dépôt, servitude, tonnage limité...)
  • Je marque les arbres à vendre ou je confie le marquage à une personne qualifiée
 
Je détermine ce que je vends
  • Est-ce du feuillu ? Du résineux ? Un mélange ?
  • Combien d'arbres ? Des petits ? Des gros ?
  • Pour quel volume ? Quelle qualité ?
  • Combien vais-je en demander ?
 
J'établis ma manière de procéder
  • Je ne connais pas bien le milieu forestier, je me fais donc aider par un expert ou technicien agréé ou un technicien de coopérative
  • Je décide de travailler seul car j'estime pouvoir me débrouiller
 
JE REALISE MA VENTE 

Je choisis mon mode de vente
  • Je vends en blocs et sur pied (cf fiche technique si dessous)
  • Je vends sur pied et à l'unité de produit (cf fiche technique si dessous)
  • Je vends à port de camion ou bord de route (cf fiche technique si dessous)
 
Je signe un contrat avec mon acheteur (Cela devient de plus en plus indispensable, pour garantir les deux parties)
  1. Je peux le rédiger sur papier libre ou utiliser un cadre tout fait (fourni par mon acheteur ou obtenu auprès du CRPF ou du syndicat des propriétaires forestiers)
  2. Je le fais en deux exemplaires et j'y mets bien toutes les informations importantes (cf fiche technique ci-dessous)
 
JE SUIS LE DEROULEMENT DU CHANTIER

Je contrôle et je réceptionne les travaux
  • Je passe de temps à autre sur le terrain
  • A cette occasion 
           - je m'assure que mes limites sont respectées,

           - je contrôle que seuls les arbres marqués ont été coupés

           - je vérifie que les clauses particulières sont respectées
  • Eventuellement, je compte les souches pour vérifier le nombre de pieds exploités
  • Je me fais fournir les bordereaux de cubage du bûcheron
  • Je réceptionne le lot avec l'acheteur, notamment en cas de vente à l'unité de produit, pour vérifier, ensemble, le volume par catégorie.

 

 Je me fais payer
  • Conformément aux termes du contrat, j'encaisse le montant de la vente
            - soit immédiatement en cas de paiement au comptant,

            - soit à la date fixée en cas de règlement en une fois,

            - soit aux échéances prévues en cas de paiement échelonné.
 

EN CONCLUSION 

Une bonne connaissance de ce que l’on vend
Une transaction clairement définie et bien encadrée
Un bon suivi et un paiement bien assuré
Sont les trois conditions d’une transaction réussie
 
Rendez-vous le mois prochain pour un dossier spécial sur l’Elagage !

Au plaisir en forêt.



JANVIER - Le calendrier pour la gestion de vos bois, de Janvier à Juin.

En ce début d’année, il faut avoir une pensée pour la forêt. En effet, la forêt est comme un jardin, elle demande une attention particulière tout au long de l’année.
 
Voici en téléchargement ci-dessus « Le calendrier de vos interventions en forêt » qui résume pour chaque mois les interventions que vous pouvez pratiquer dans vos parcelles.

Rendez-vous le mois prochain pour un dossier spécial sur la vente des bois !

Et n’oubliez pas, votre technicien forestier est là pour vous aider.